Padders Mary Janes Pour Femme Noir Noir 37 1/3 2AoDpxn

SKU-86894-iwb34551
Padders Mary Janes Pour Femme - Noir - Noir, 37 1/3
Padders Mary Janes Pour Femme - Noir - Noir, 37 1/3
Allez au contenu
Langue
Français
Basculer la navigation
Mon panier 0
Rechercher

Panier

Menu
Pololo Juan WollfleeceFutter Chaussures Bateau Mixte Enfant Beige Stone 8111 8111 22 EU Chaussures Bateau Mixte Enfant Beige (Stone 8111 8111) FeMmQ
Paramètres
Langue
Français

Spinnetwork. Représentation d’un réseau «toilé»

Agrandir Baskets femme Nike Air Force 1 Upstep Si 917591 600 evaNn

© Markus Poessel

52 Ces divagations abstraites, penseront d’aucuns, auxquels je rappellerai alors qu’il n’est pas vain de mettre au clair les bruits de fond qui peuvent retentir même dans le discours des plus ardents zélateurs du «concret», disons ces libres rapprochements, homologuent sans nul doute quelques articles de la Constitution moderne: dans une culture, il y a le technique... et le reste. Mais à mon sens, comme on l’a vu, cette Constitution n’est pas moins vraie ni plus construite que les autres; et la démarcation du technique n’est toutefois pas fixée d’emblée: c’est un problème, non une évidence. Toutes les cultures admettent néanmoins, fût-ce tacitement, certains ont beau jeu de l’oublier, quelques-uns de nos pos­tulats d’efficience pratique au principe des actes banals (et pas seulement de ceux-là)... y compris quand elles ne tracent pas dans le sémantique ou par leurs schèmes conceptuels privilégiés les démarcations du genre «faits techniques, et autres», «le travail, et le reste», ou les configurent autrement. Qu’on doive ranger ces classements eux-mêmes, avec les nôtres, parmi les données, les explicanda d’un vrai problème anthropologique, et donc, si l’on veut dire les choses ainsi, prendre pour objet le discours de l’objet, c’est incontestable. D’ailleurs, qui le contesterait aujourd’hui? Le Technique, pour les ethnologues, ce devrait être comme le Mythe, le Rituel ou la Royauté Sacrée, voire le Politique chez les Vrézôm à la veille de la Conquête Européenne: distinctions de méthode - par-delà les variétés de Constitutions -, donc révisables en fonction de leurs effets utiles... s’il y a controverses. Bruno Latour (1992: 8) remarque: «Un objet seulement technique n’est qu’une utopie...». C’est surtout une abstraction, me semble-t-il (comme un récit purement mythique) - une utile vue de l’esprit. Un réseau l’est aussi. Et après? «Le concret, c’est de l’abstrait rendu familier par l’usage», disait Paul Langevin, celui du fameux paradoxe.

Agrandir Original (jpeg, 108k)

Ndlr: «Je cultive mon réseau» a été réalisé par Isabelle Gatzler pour RegionsJob et reproduit avec l’autorisation des titulaires.

53 Mais pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple? À cela, il faut répondre qu’en anthropologie, le dualisme complémentariste d’allure «quantique» ne me paraît pas plus compliqué ou moins économique que le monisme dictyologique d’allure relati­viste (einsteinienne!). Il l’est autrement, comme le chinois comparé au français. Enfin, le complémentarisme, et d’ailleurs toute séparation méthodologique, dualiste ou pluraliste, entre le technique et (le reste de) la culture, voilà qui semble bien réductionniste - dou­blement réductionniste. Mais quoi, le réductionnisme trop souvent caricaturé peut se prévaloir de certains succès dans plus d’une discipline! Il n’est un péché que s’il s’avère inefficace (perdant d’une controverse, dirait Bruno Latour).

2 Cependant, les mutations technologiques ont accentué l’aspect industriel des produits médiatiques, et celui de l’organisation des filières de production. L’importance du financement des médias et leur interaction croissante avec des secteurs clés de l’économie ont de plus en plus intéressé les groupes de communication et les groupes industriels. En l’espace de cinq ans, le paysage économique du secteur des médias a connu des bouleversements importants. Dans le secteur de la presse écrite, ces derniers se sont traduits par l’entrée de Dassault dans le capital de la Socpresse ( Le Figaro ), le rachat par le groupe Emap du groupe Excelsior, la recapitalisation de Libération par Rotschild, le rachat des Publications de la Vie catholique par le groupe Le Monde, ou encore l’arrivée des gratuits sur le marché des titres d’information générale et politique! Dans le secteur de l’audiovisuel, les bouleversements sont également nombreux: multiplication du nombre de chaînes de télévision, notamment avec l’arrivée de la télévision numérique terrestre (TNT) en mars 2005, concurrence entre les réseaux de diffusion (hertzien, câble, satellite), entrée de l’internet et de la télévision par ADSL, et très récemment, la télévision sur mobile. Ces modifications technologiques et structurelles constituent des transformations radicales, entraînant des mouvements d’intégration verticale et de concentration qui ne peuvent être sans conséquences sur le pluralisme politique et culturel.

3 Parallèlement, la part de la publicité dans le financement des médias s’est progressivement accentuée. En 2004, les annonceurs ont investi près de 11 milliards d’euros de dépenses de communication dans les médias (presse, télévision, radio, cinéma et affichage) (Source: Institut de recherches et d’études publicitaires, 2005). La publicité revêt différentes formes: lancement d’objets dans les émissions, participation de collectivité locale à la fabrication d’une fiction, transformation de maillots portés par des sportifs en panneaux publicitaires, etc. De manière générale, si l’offre des médias s’est étendue, le poids de la publicité a suivi: augmentation du nombre de périodiques, multiplication du nombre de radios libres, accroissement du nombre de chaînes et des produits proposés. Selon Rémy Le Champion et Benoît Danard (2000), la révolution numérique a fait évoluer la télévision d’une «logique de gestion de la rareté des fréquences à une logique de gestion de la quantité». Soulignons cependant que, depuis une dizaine d’années, les annonceurs se tournent vers d’autres formes d’investissements publicitaires, appelées le «hors médias» 1 . Ainsi la répartition des dépenses est-elle de l’ordre de 35% pour les grands médias et de 65% pour le hors médias (soit environ 20 milliards d’euros en 2004). Associée à une multiplication de supports médiatiques, cela tend à bouleverser l’économie de ces industries Nike Hypervenom Phan III Fit AGPro Chaussures de Football Homme Blanc White/ChromeVoltCh 107 44 EU Chaussures de Football Homme Blanc (White/Chrome-Volt-Ch 107) 9AzQNZGxoB
. Néanmoins, en dépit de cette tendance nouvelle, le financement des médias reste, majoritairement assuré par la publicité. Face à cette évolution de l’offre, existe également une évolution de la demande qui s’explique, en partie, par une élévation du pouvoir d’achat, du niveau culturel et du temps de loisirs. Cela correspond à une transformation des pratiques culturelles. Trois constats peuvent être dégagés des résultats de quatre enquêtes réalisées par le département des études et de la prospective entre 1973 et 1997 (voir Donnat, 1998): les pratiques audiovisuelles domestiques se sont diversifiées au cours de la période et ont fortement progressé; les services de loisirs et les spectacles culturels (concerts, théâtres, etc.) connaissent une régression sensible en volume et en valeur 3 ; la consommation en matière de produits de presse et de livres a aussi diminué Spiuk ZS22 MTB chaussure de vélo QmQO7iz
. Selon Bernard Miège (2000: 42), «les consommations se sont déplacées vers l’usage de différents types d’appareils, et de façon moins évidente vers la consommation et l’usage de supports matériels intégrant des œuvres culturelles. Et ce au désavantage sinon au détriment des produits imprimés, et surtout de certains spectacles vivants». Des résultats plus récents publiés dans l’enquête INSEE relative aux loisirs culturels (2004) confirment cette tendance: 70% des français âgés de 15 ans et plus n’ont jamais pris entre leurs mains un titre de presse quotidienne nationale au cours des 12 derniers mois! Tandis que 86% de ces individus ont regardé la télévision tous les jours, voire plusieurs fois par jour, et 77% ont écouté la radio tous les jours ou plusieurs fois par jour.

4 Les médias vivent des transformations importantes liées aux innovations technologiques, à la concentration et aux nouveaux besoins des consommateurs pour ces services. Ainsi, si les médias concernent un lieu où s’expriment les valeurs d’un groupe social, et en particulier ses opinions politiques, leur étude relève-t-elle aussi des sciences économiques. Comme les autres biens et services, ils obéissent au fonctionnement du marché et constituent, de ce fait, une industrie à part entière. L’article se propose de mettre en évidence la nature de la concurrence que se livrent les firmes médiatiques et les questions qui y affèrent. Dans une première partie, nous exposerons les principales caractéristiques économiques des produits médiatiques: coûts de production des médias, double financement et le caractère public et tutélaire des produits médiatiques. Ces caractéristiques mettent en évidence que les médias constituent une industrie à part entière. Cependant, une fois prises en considération, ces dernières montrent que les médias constituent dans le même temps des industries entièrement à part, dès lors que l’on cherche à étudier et à comprendre la nature de la concurrence. Ainsi, dans une seconde partie, soulèverons-nous une série de questions propres aux industries médiatiques, de même que les enjeux spécifiques dérivés à l’aune de ces caractéristiques, faisant notamment émerger des problèmes de pluralisme et de diversité.

K leiber , G., 1978, «Sur l’emploi adversatif de mais et de ainz ( ainçois ) en ancien français» Tra Li Li 16, 1.

M archello -N izia , Ch., 2001, «Grammaticalisation et évolution des systèmes grammaticaux», Langue française , 130, Paris, Larousse, p. 33-41.

M archello -N izia , Ch., 2006, Grammaticalisation et changement linguistique , Bruxelles, De Boeck.

M eillet , A., 1912, «L’évolution des formes grammaticales», Linguistique historique et linguistique générale , Paris, Coll. Linguistique, p. 130-148.

M eillet , A., 1915-1916, «Le renouvellement des conjonctions», Linguistique historique et linguistique générale , Paris, Coll. Linguistique, p.159-174.

M elander , J., 1916, Etude sur magis et les expressions adversatives dans les langues romanes . Uppsala, Imprimerie Almqvist Wiksell.

M okni , M., 2008, « Ains /au contraire de la cooccurrence à la concurrence», 1 er Congrès mondial de linguistique française, Paris, 9-12 juillet 2008, EDP Sciences.

P onchon , T., 1990 «Observation sur le connecteur mais en français médiéval», L’information grammaticale , 46, p. 47-51.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition. Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : [email protected]

Rodriguez-Somolinos , A., 2000, « Mais , ains , ainçois , en moyen français: syntaxe et sémantique», Le moyen français : La Recherche, Bilan et Perspectives, CERES, p.449-467.DOI : 10.1484/J.LMFR.3.224

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition. Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : [email protected]

Rodriguez-Somolinos , A., 2002, « ainz et mais en ancien français», Romania 477-478, tome 120, Paris, Société des amis de la Romania, p. 505-541.DOI : 10.3406/roma.2002.1598

T raugott , E. H eine , B., 1991, Approaches to grammaticalization , 2 Vol., Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins.

Pour la constitution de notre corpus, nous avons utilisé les trois bases de données suivantes:

- Pour l’AF, à partir du IX e siècle jusqu’à la fin du XIII e siècle nous avons utilisé la Base du Français Médiéval (La BFM) Cette base est accessible sur Internet à l’adresse suivante: http://bfm-ens-lsh.fr .

A propos

Votre Commande

Votre Satisfaction

Nous contacter

Pôle d’activité du Château

5, rue du Parc - 95300 Ennery

01 34 33 01 55

Du lundi au vendredi De 10h à 12h et de 14h à 17h

© 2018 Créadhésif. Tous droits réservés. Une réalisation creadhesif.com